Jean-Gaël Montarnal
Jean-Gaël Montarnal
Temps de lecture: 8 mn environ
Illustration par Fanny Lamouroux

La fidélisation des collaborateurs est un enjeu de taille pour les entreprises et particulièrement challengeant avec la génération Y. Découvrez comment la cocréation de designs s’inscrit parfaitement dans une démarche globale d’engagement et de fidélisation de vos jeunes talents.

Comme nous l’avons évoqué dans cet article, vos employés les plus talentueux sont fréquemment contactés par des cabinets de chasseurs de tête pour rejoindre de nouvelles structures.

Pour vous démarquer, il faut que votre structure ait des avantages qui surpassent ce que font d’autres entreprises. Parmi les raisons qui tiennent vos collaborateurs, nous pouvons citer :

Cette liste n’est évidemment pas dans un ordre de priorité. Chaque personne a ses attentes particulières et sa façon de les prioriser. De surcroît, cette priorisation évolue avec les années.

La génération Y

Pour David Costanza, il est un aventureux de dresser des généralités de comportements pour toute une génération entre autres car il y a une vrai diversité d’individus au sein d’un même groupe (approfondir).

Toutefois, une génération vient au monde à un moment de l’histoire dans un contexte particulier. Ceci a naturellement une incidence sur les actions mises en place par cette génération et influe sa manière de penser.

Dans cet article nous nous adressons à ce que les sociologues et marketeux appellent la génération Y.

La génération Y, ok mais laquelle ?

Soyons bien clair sur ce que j’entends par génération Y car les frontières sont souvent floues ou subjectives. On a l’impression que cela fait 15 ans que la génération Y représente les personnes entre 20 et 30 ans. Vous comprenez qu’il y a un problème…

Ici, je parle des personnes nées entre 1980 et 1995. Elles ont donc entre 23 et 38 ans (source).

Il est important de noter que la génération Y représentera 35% des travailleurs à l’échelle mondiale d’ici 2020 (source).

À défaut de passer en revue tous les paradoxes qui constituent cette génération pour certains penseurs, je vais mettre l’accent sur 3 points qui impliquent une approche du travail différente :

  • le besoin d’avoir un impact,
  • le collaboratif
  • la recherche de liberté.

Il s’agit de tendances qui n’impliquent évidemment pas tous les individus de la génération Y.

Besoin d’avoir un impact positif

La génération Y est la première génération depuis les révolutions industrielles qui a assez de recul et qui est suffisamment informée pour comprendre la chose suivante. Ce que l’espèce humaine fait depuis plus de 200 ans détruit notre planète, ses espèces et l’humanité elle-même. Elle a davantage une volonté de changer les choses. C’est du bon sens au vu des constats de nos erreurs passées.

Le collaboratif

Il n’y a qu’à observer le nombre de nouvelles entreprises qui se développent grâce au digital pour créer cette nouvelle économie : l’économie collaborative. Paradoxalement à un individualisme grandissant, cette économie se base sur l’idée que l’union fait la force et fait faire des économies. Ainsi, des plateformes à but lucratif ou non se développent pour mettre en relation les particuliers et favoriser l’échange de biens et de services. C’est par exemple le cas de Mon Super Voisin, une startup qui propose des échanges de services entre voisins.

La recherche de liberté

De nouvelles façons d’appréhender le travail naissent avec l’arrivée des nouvelles technologies. Les salariés sont à la recherche d’horaires plus flexibles (ce que ne veut pas dire travailler moins) et d’un équilibre plus sain entre vie personnelle et vie professionnelle. L’étude menée par Manpower auprès de 19000 individus de cette génération montre que pour 82% d’entre eux, la flexibilité des horaires de travail est un des 5 critères principaux pour choisir un emploi. C’est une façon d’approcher la recherche de liberté au travail mais ce n’est pas la seule.

Isaac Getz a bâti tout une réflexion autour des concepts de « leadership libérateur » et d’« entreprises libérées » qui ont touché beaucoup de managers. Il s’est inspiré des travaux de Douglas McGregor considérant que la nature humaine n’est pas paresseuse et ni anti-responsabilité. À l’inverse, offrir une liberté d’action des salariés les responsabilise et augmente le sentiment de d’engagement et de confiance. Finalement, avoir moins de managers « surveillants » offre un cadre plus épanouissant pour les salariés.

Fidéliser et engager cette génération par la cocréation de designs

Mais designs de quoi ?

Réfléchissons ensemble ! Qu’est ce qui véhicule l’image de marque d’une entreprise ?

La réponse : son univers visuel et ses produits.

Evidemment, il y a les produits que l’entreprise revend, pour peu qu’elle soit sur un marché de biens. Pour ces produits-là, il y a un savoir-faire maison qui n’est pas discutable avec tout le monde. Leur création est scrupuleusement contrôlée. Ces produits ne se prêtent donc pas à la cocréation.

Les autres produits qui véhiculent l’image de marque sont les produits publicitaires. Appelez-les goodies, objets promotionnels ou autres, nous parlons bien de la même chose. J’emploierai le terme d’objets médias car c’est, selon la 2FPCO et Besight, le terme présentant le mieux ces produits.

La cocréation s’adresse très bien au design d’objets médias puisqu’elle implique vos collaborateurs dans l’image de marque votre entreprise. Voilà une démarche engageante !

Fidéliser et engager par le design d’objets médias ? La cocréation

Vous trouverez une définition développée de la co-création ici mais en deux mots, il s’agit de créer vos objets médias en impliquant vos employés et notre communauté de jeunes designers.

Le processus est le suivant :

  1. Nos jeunes designers font des propositions de designs d’objets médias à partir d’un cahier des charges que vous définissez.
  2. Ces créations sont mises sur une page web à vos couleurs et vos employés sont invités par votre communication interne à venir voter pour le design qu’ils préfèrent.
  3. Vous leur distribuez lors d’un événement des objets beaux, utiles et durables à l’image de votre marque.

Particulièrement intéressant pour les employés de moins de 38 ans

Passons ce processus de cocréation dans le prisme de la génération Y. Nous avons mis en exergue trois points importants que recherche cette génération dans le monde du travail.

  • Le besoin d’avoir un impact positif  ✔️ : grâce à la cocréation d’objets médias avec Besight, vos employés participent au renouvellement de ce marché. Aujourd’hui, la grande majorité des goodies distribués sont de mauvaise qualité et viennent vite alimenter les décharges. Il y a beaucoup de gâchis. Or, les objets que nous proposons sont issues de notre réseau de fournisseurs que nous avons sélectionné pour leur démarche éco-responsable et de respect des travailleurs. De plus, vous offrez des opportunités à de jeunes designers talentueux !
  • Le collaboratif ✔️ : une opération avec Besight est inclusive. Vous faites appel à vos collaborateurs pour choisir parmi une sélection de 5 à 10 designs créés par de jeunes designers talentueux et spécialement sélectionnés pour répondre à vos besoins. Choisir à plusieurs engage vos collaborateurs et leur montre que leur avis est important pour vous.
  • La recherche de liberté ✔️ : dans la thèse de Isaac Getz, nous avons vu que pour manager au mieux cette génération, il faut lui offrir davantage de liberté, ce qui génère de la confiance. Par le processus de cocréation de Besight, vous ouvrez le choix de l’objet média distribuer à collaborateurs qui ne sont pas libre de choisir dans le modèle traditionnel. Vous leur montrez que vous leur faites confiance pour faire ce choix collectivement.

La cocréation d’objets médias est un outil qui convient très bien aux attentes de cette génération Y et qui vient se greffer à une stratégie d’amélioration de votre culture d’entreprise.

L’auteur :

Jean-Gaël Montarnal
Professionnel de la culture d’entreprise

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.